Maroquinerie

Cuir vegan ou cuir végétal ?

Si l’expression "cuir vegan" se fonde sur un non-sens, puisque seul le cuir animal peut être appelé cuir, il n’en reste pas moins vrai que des alternatives synthétiques, essentiellement végétales, ont de plus en plus voix au chapitre parmi les créations des maroquiniers. Tour d’horizon de ces nouvelles matières.

Tout d’abord, les "cuirs vegan" sont issus sans autre origine possible de matériaux végétaux ou synthétiques.

Les synthétiques

Nous connaissons tous le Skaï parmi les similicuirs, notamment, mais il n’est pas le seul : Lorica, Clarino ou encore Amara font partie des ces compositions de fibres synthétiques coagulées dans du polyuréthane.

Les tendances vegan actuelles permettent aussi d’explorer d’autres champs pour trouver des alternatives crédibles et ainsi favoriser la protection animale. Ces matières naturelles, végétales, sont de plus en plus diverses.

Les "cuirs végétaux"

  • L’ananas : il permet d’obtenir un "cuir" artificiel, peu onéreux. Créé par Carmen Hijosa, cette matière végétale s’appelle le Piñatex.
  • L’eucalyptus : pour le moment limité à la réalisation de ceintures par son créateur Fabian Stadler, les sacs déclinés dans ce matériau particulièrement solide arrivent prochainement.
  • Le liège : l’écorce de chêne-liège que nous connaissons tous, se travaille comme le cuir. Souple et résistant, il reste une alternative très écologique, l’arbre produisant cette écorce naturellement.
  • L’éco-cuir, créé par Richard Wool est produit à base de fibres naturelles.
  • Le muskin : l’un des plus originaux parmi les "cuirs vegans" est fabriqué sur une base de champignons entièrement biodégradables.

Des alternatives au cuir animal existent donc bel et bien. Elles sont d’ores et déjà utilisées par les créateurs, présentes dans nos maroquineries, mais il faut, malgré tout, porter une réelle attention à l’origine et à la traçabilité de ces matériaux pour ne pas encourager des dérives qui auraient un impact majeur sur la nature et l’environnement.